Découverte d’un Espace Naturel Sensible en Vaucluse : la forêt de La Pérégrine et le ravin du Défend à Venasque – Compte rendu

Pour la première fois une « 4 saison » de Volubilis entraînait nos habituels visiteurs attentifs à découvrir un ENS dont l’objectif et les moyens pratiques ont été d’emblée présentés. Institués par une loi en 1975, instaurés en 2005 dans le Vaucluse sous la responsabilité du Département, ils permettent à celui-ci de délimiter des espaces riches de flore et de faune, d’en assurer la maîtrise foncière, de les aménager pour l’accueil du public grâce au produit d’une taxe et d’en confier enfin la gestion et l’animation à une collectivité ainsi qu’au milieu associatif et à la Nesque Propre. Celui-ci est propriété de la commune de Venasque et géré par l’ONF. On en compte 16 dans le Département et ce nombre s’accroît régulièrement.

Programme détaillé du 20 mai 2017

Celui que nous visitons sous la conduite de deux paysagistes de Volubilis, Dragan Urbaniak et Denis Lacaille, présente de nombreux intérêts allant bien au-delà de la seule biodiversité. On traverse et commente une mosaïque de milieux tels que pelouses, taillis de chênes verts et blancs, pinèdes et friches dans les anciens sites agricoles comme celui de La Pérégrine. Cette ancienne ferme représente l’intérêt culturel de l’ENS, avec ses bâtiments bien conservés et un environnement lisible : l’habitation, la grange, la citerne et l’aire à battre de ce qu’était une exploitation semi-autarcique de montagne. Le puits permet d’évoquer le problème de l’eau sur le relief karstique des monts de Vaucluse, thème qui sera abordé plus loin avec les terrasses arboricoles de Chinardon irriguées par pompage de l’eau du canal de Carpentras, une autre action initiée par le Département à partir de 1975.

Le panorama découvert depuis la piste forestière de Chinardon est un autre intérêt du parcours. A la lecture géomorphologique du paysage, le bassin de Carpentras encadré par les chaînons pyrénéo-provençaux du Ventoux et des monts de Vaucluse, succède la lecture géo-historique des implantations humaines sur les hauteurs, désignées par des toponymes comme le Ven-t de Ventoux et de Venasque, la Garde de Malemort qui nous fait face et indique un antique oppidum et poste de surveillance. Une lecture géopolitique s’ensuit, celle du développement durable d’un aussi vaste bassin de vie avec un outil de gestion territoriale tel qu’un Parc naturel régional peut l’être, celui du Ventoux étant en débat. Quittant ce long moment d’analyse paysagère, le groupe des 4 saisons s’engage dans la descente d’une combe du Diable plutôt paisible, avant de s’engouffrer dans l’ultime et pittoresque gorge de la Nesque. Emouvante, la grotte sépulcrale d’Unang occupée entre 12000 et 4000 ans avant notre ère nous confirme l’équilibre que peut présenter un ENS comme celui-ci, entre nature et culture.

Crédit photo Emmanuelle Carraud et Dragan Urbaniak (Volubilis)

Copyright : Projet tuteuré de la licence pro d’assistant paysagiste du CFPPA Louis Giraud et de la Fac d’Aix Marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *