LAB’ MED’ PAYSAGE de Volubilis

Laboratoire citoyen territorial

La plaine des Sorgues, un territoire en question(s)

Atelier du 2 octobre 2019 au Syndicat Mixte Du Bassin Des Sorgues à Entraigues

Ateliers de terrain pour la mise en place de « portraits de territoire »à partir de témoignages d’habitants

Un tour de table prometteur…

Le laboratoire territorial dont on rappelle l’objet : exprimer des potentiels de développement durable dans un paysage en transition, au contact des populations qui y vivent, se présente avec un panel de compétences diversifiées qui ne demande qu’à s’agrandir. Sont là des représentants du milieu associatif (Les Sorgues vertes, l’Association pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine Industriel en Vaucluse), des paysagistes dont une enseignante au lycée agricole de Carpentras-Serres, une géographe impliquée dans la Sorgue amont, des ingénieures en environnement (études socio-économiques, climatologiques), une plasticienne-photographe, un ingénieur hydraulicien qui s’implique par l’envoi d’une note d’intention, le directeur d’une structure publique qui accepte d’accueillir dans ses murs nos futurs travaux : c’est là un bon début pour mener des investigations qui associeront le plus possible des citoyens actifs et des habitants soucieux du devenir de leur territoire.

En rappelant le rôle originel du syndicat mixte : procéder d’une manière concertée à l’éradication et au remplacement des platanes de la ripisylve atteints de la maladie du chancre coloré, au milieu des années quatre-vingt, Laurent Rhodet nous illustre les dimensions sociales (le traumatisme des riverains, les initiatives individuelles dispersées), les questions scientifiques et techniques (replanter telle ou telle essence ? laisser faire la nature ?) à partir de la complexité d’une transition écologique et paysagère entreprise. L’initiative participative de Volubilis n’est pas nouvelle dans ce territoire : une consultation ouverte au plus grand nombre avait déjà eu lieu. Le partenariat entre le Syndicat des Sorgues et les acteurs du territoire y est recherché et des animations scolaires y sont monnaie courante.

Le panel de spécialistes présents à la réunion de lancement s’accorde pour dire que les qualités d’un paysage transitionnel, comme l’avaient été celles recherchées pour les ripisylves, seront la marque commune de nos travaux. La plaine des Sorgues n’est-elle pas l’un des grands paysages emblématiques du bassin de vie d’Avignon, tel qu’identifié dans le Scot ? Les milieux symboliques que sont la terre, l’eau et la pierre, perçus de manière pratique et sensible par les usagers et les habitants de la plaine, procèderont à l’évidence d’une démarche paysagère globale.

… avec, déjà, des ateliers en perspective :

  • Transition énergétique et paysagère : Quels mix énergétiques à impact supportable dans le paysage ? Des micro-centrales hydrauliques y existent, pourrait-on en développer ? Et quid de la tendance photovoltaïque ? De l’éolien ? De la biomasse ? Quels impacts sur le paysage ? A vos idées !
  • Transition biologique et paysagère : les Sorgues et leurs corridors boisés constituent les trames vertes et bleues indispensables aux déplacements des espèces vivantes, dans l’eau et dans l’espace aérien, quand le vaste espace agricole est un réservoir de biodiversité et de production. Quel avenir pour ces milieux traditionnels ? Quelles combinaisons possibles entre traditions et futurs projets ? A vos idées !
  • Transition touristique et paysagère : quelle place tient le tourisme dans la Plaine des Sorgues ? Tourisme doux (pédestre, cyclable, agri-terroir) ou plus spectaculaire (parcs d’attractions, pôle touristique patrimonial)… Certains restent assez discrets, d’autres espèrent atteindre le million de visiteurs annuels, d’autres font tout pour maîtriser un potentiel approchant, dans un site classé. Comment concilier durablement économie touristique et préservation des milieux ? A vos idées !

Notre prochain rendez-vous s’adressant à tous les enquêteurs actuellement rassemblés par Volubilis aura lieu le mercredi 20 novembre, au siège du syndicat mixte du bassin des Sorgues, à Entraigues, de 10h à 12h. Nous y parlerons méthode de travail : les ateliers prévus ou à prévoir, leur organisation sous la responsabilité d’un référent citoyen, les espaces et thèmes d’investigation, la coordination inter-ateliers lors de séances plénières, etc.